Fêter Noël sans son enfant : facile ou difficile ?


Pour moi, Noël représente un moment familial de joie, d’insouciance.
C’est une période magique qui me fait retomber en enfance.
J’ai les yeux qui pétillent quand je vois les décorations de Noël dans les rues et les magasins. J’ai envie de transmettre cette vision féérique à mes enfants.

 

Depuis ma séparation avec le papa de ma fille, cette période n’a plus tout à fait la même saveur.
En effet, cette année, ma fille ne sera pas avec moi pour Noël, elle sera chez son papa…

 

Au début, avec son papa, il nous était inconcevable de ne pas l’avoir pour Noël.
Alors, les 1ères années  nous avons fait le 24/12 chez maman et le 25/12 chez papa.
Cela a été un véritable fiasco !!
Julie pleurait à chaudes larmes le 25/12 au matin et ne voulait pas partir et quitter les bons moments passés ensemble.
C’était un vrai crève-cœur pour moi aussi.
Par conséquent, après une discussion importante avec son papa et pour le bien de Julie, nous avons mis en place le rythme suivant :
Une année avec Noël chez maman et 1er janvier chez papa puis l’inverse l’année suivante.

 

Cela fait plusieurs années que nous alternons.
Julie vit beaucoup mieux cette situation, c’est plutôt nous les parents qui avons du mal à nous y habituer.

 

Quand je sais qu’elle ne sera pas avec moi à Noël, j’ai du mal à me projeter dans ces festivités et l’organisation est toujours un casse-tête.

Pourquoi ai-je du mal à m’organiser ?

  • Je n’ai pas le cœur à fêter Noël sans elle, je trouve qu’il manque quelqu’un
  • Je suis avec ma famille (frère, sœur, parents et je suis la seule séparée), ça me renvoie au fait que ma route a été chaotique et que je ne pourrai jamais avoir mes enfants autour de moi comme je l’aurai souhaité (il faut toujours s’organiser, que tout soit planifié, difficile d’être spontanée)

 

Cette année par exemple, mes parents et beaux-parents me demandent quand on va venir chez eux pour fêter Noël. Je n’arrive pas à répondre…

Quelles sont les possibilités ?

  • Aller chez eux le 24 ou le 25/12, fêter Noël sans Julie et puis refaire un repas plus tard avec elle
  • Attendre qu’elle soit rentrée avec nous pour fêter une seule fois Noël tous ensemble

 

C’est le même dilemme une année sur 2 pour moi !!
Mon conjoint ne m’aide pas vraiment à gérer ce conflit intérieur car il n’aime pas Noël alors il me dit qu’on s’en fiche.
S’il le pouvait, il ne ferait rien.

 

Mais il y a notre fils qui a 5 ans et qui mérite d’avoir un Noël gai et insouciant, rempli de féérie.
Et puis, il y a les parents, les frères et sœurs, qui ont eux aussi leurs contraintes personnelles (une année dans la famille, l’autre année dans la belle famille 😉 ).
Synchroniser les agendas n’est pas une mince affaire !!

 

Vu la configuration des vacances cette année, j’envisage de rester à la maison les 24 et 25/12 et de faire un repas de fête avec Sébastien et Axel.

La semaine suivante, nous irions ensuite tous les 4 fêter Noël avec mes parents et mes beaux-parents.

 

Et vous, comment gérez-vous ces fêtes ? Est-ce plutôt facile ou difficile ?
Réussissez-vous à garder cette petite flamme de Noël quand votre enfant n’est pas là ?

Je vous invite à partager votre vécu ci-dessous.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *