Comment gérer un retour de week-end passé avec papa ?


Après un week-end passé avec son papa, j’ai remarqué que le retour de ma fille à la maison n’est pas toujours facile.

Plus le week-end a été agréable avec son papa, plus le retour à la maison est difficile.
Elle a du mal à le quitter, elle n’est pas enjouée de rentrer à la maison.

Alors évidemment, récupérer ma fille qui ne semble pas avoir envie de rentrer à la maison est compliqué pour moi sur le plan affectif… Le 1er contact entre nous n’est pas vraiment celui que j’avais imaginé…

 

Voici comment ça se déroule :

J’arrive sur le lieu de rendez-vous fixé avec son papa.

Au lieu de me sauter dans les bras en criant « Maman » avec un grand sourire, elle est collée à son père et m’ignore.
Je suis tout de suite dans le bain et comprends que la soirée ne va pas être une partie de plaisir.

 

1ère étape :
Ne pas être blessée par son attitude : Ce n’est pas moi qu’elle rejette, c’est son père qu’elle a du mal à quitter.
C’est facile à dire, mais pas si facile à faire car ça me renvoie à mes propres peurs de ne plus être aimée… 😉
Mais ce sont mes peurs et il ne faut pas mélanger mes peurs avec la situation donc prendre du recul est très important !!
Respirer un bon coup et se recentrer sur moi : l’attitude de ma fille ne doit pas me blesser personnellement sinon je vais réagir de manière non adaptée à cause de mes émotions et ça va être la catastrophe 🙂

 

2ème étape :
Récupérer ses affaires et lui laisser le temps de dire au revoir à son papa sans pour autant laisser traîner en longueur car plus l’au revoir est long, plus elle s’accroche et plus c’est difficile.
Il faut savoir dire : c’est fini, c’est l’heure de rentrer.

Alors là, je deviens La Méchante Maman, ce n’est pas non plus un rôle agréable à assumer, mais il faut rester droite dans ses bottes.
Le retour à la maison est prévu, demain il y a école et il y a une fin à tout.

 

3ème étape :
Retour en voiture avec la soupe à la grimace.
La plupart du temps j’essaie de plaisanter, de tourner les choses à la dérision : « oh qu’elle est vilaine cette maman qui ne comprend rien, j’ai vraiment une méchante maman… » et j’ajoute quelques chatouilles.
Parfois, ça marche, elle sourit et se détend, la page est tournée et le retour à la maison est gagné.

Parfois c’est plus compliqué : elle sourit, elle aimerait se détendre mais le côté bougon est plus fort et elle décide de rester à broyer du noir et à m’attribuer le rôle de la grosse méchante qui décidemment ne comprend vraiment rien, avec quelques cris en plus et des mots pas très agréables…
Dans ces cas-là, je la laisse dans son coin et ne fais plus rien jusqu’à la maison.

 

4ème étape :
Arrivée à la maison.
J’ai toujours la soupe à la grimace : je reprends une bonne respiration pour rester calme et expliquer les choses le plus sereinement possible.

C’est encore compliqué pour moi car je n’arrive pas encore à rester zen face à cette attitude de victime de ma fille et intérieurement je bous !!

Je lui explique que je comprends que quitter papa n’est pas facile.
Qu’elle aurait aimé rester plus longtemps avec lui mais que ce n’est pas possible car demain c’est lundi et qu’il y a école, que la vie continue pour tout le monde.
Que si elle est si triste de quitter papa c’est qu’ils ont dû passer un week-end formidable et rempli de bons moments.
Que par conséquent, quand on a passé des bons moments, on doit revenir content de son week-end et pas bougon.
Que de mon côté, quand je vis des moments agréables, j’ai le sourire et suis heureuse et que j’aimerais que de son côté ce soit la même chose.
Et que si son attitude négative reste la même après chaque bon week-end passé avec son papa alors nous serons obligés de changer notre façon de faire.

En effet, les week-ends passés avec papa sont des bonus, non prévus dans le jugement, pour qu’elle puisse le voir plus et partager de bons moments avec lui.
Mais si cela doit apporter des complications à la maison alors je ne suis pas obligée de le faire.
Je fais ça pour elle mais je ne veux pas ensuite récolter sa mauvaise humeur.

Elle est grande et doit comprendre qu’il y a des règles à respecter pour le bien de tous.

Ma fille cherche beaucoup les limites et a toujours tendance à demander plus et ne pas se contenter de ce qu’elle a.

C’est assez difficile à gérer pour moi car je culpabilise beaucoup : est-ce qu’elle est heureuse, est-ce que je fais assez pour elle ?
Je me suis rendue compte dernièrement que mettre les choses à plat et être ferme (dans le sens tenir ce que l’on dit) fait du bien à tout le monde et apaise les relations à la maison.

 

Voici donc les conseils que je peux vous donner :calin-maman-enfant
1) Prendre du recul sur la situation

2) Ne pas se sentir personnellement affecté par l’attitude de son enfant
3) Etre à l’écoute, être empathique
4) Reposer le cadre
5) Faire un énorme câlin pour montrer tout son amour

 

Si vous reconnaissez dans cet article, je vous invite à laisser un commentaire pour indiquer comment vous gérez cette situation !!

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *