Caprice ou besoin d’attention ?

Caprice ou besoin d'attention

Vous rentrez à la maison après avoir récupéré votre enfant à l’école.
Vous passez la porte et là vous sentez que la soirée ne va pas se passer comme vous l’aviez prévue 🙁

 

Comme tous les soirs, vous demandez à votre enfant de retirer ses chaussures et là, vous obtenez un « NON »
Vous essayez à nouveau, vous lui parlez, vous négociez mais rien à part « NON »

 

Il ne veut rien faire : ni enlever ses chaussures, ni mettre ses chaussons, ni enlever son manteau… la seule chose qu’il sait dire c’est « je veux pas ».
Vous insistez et alors il se traine par terre et commence à crier plus fort.

 

Vous voyez de quoi je parle ??  😉

Evidemment cette scène se produit toujours lorsque votre planning est ultra chargé et que votre soirée est minutée.
Du coup, vous pensez au retard que vous êtes en train de prendre, à tout ce qu’il reste à faire et votre patience s’effrite progressivement…

 

Plus vous êtes stressée et sous tension, plus votre enfant accentue son opposition.

 

La situation se dégrade, vous vous fâchez, et tout y passe : menaces, punitions… mais rien ne fonctionne.

Pire la colère monte de chaque côté : vous criez, votre enfant hurle de plus belle, se roule par terre et tout d’un coup se met à pleurer à grosses larmes.

De vraies grosses larmes, pas des larmes de crocodile 😉

Et là, vous vous sentez démunie.
Voir son enfant triste n’est jamais chose facile pour une maman (et certainement pour un papa).
Alors peut venir une pointe de culpabilité : « je suis vraiment nulle, je lui crie dessus à cause de tout ce que j’ai à faire alors que je l’aime plus que tout… »

 

!!!!!!!!!  STOP  !!!!!!!

La culpabilité ne mène à rien de bien.

 

Voici plutôt la phrase à laquelle penser quand votre enfant vous fait sortir de vos gonds :

C’est quand il semble le mériter le moins qu’un enfant a le plus besoin d’amour et d’attention.

 

Tout ce grabuge fait par votre enfant aurait-il une signification ?
Bien sûr !!
En premier lieu, celle d’attirer votre attention.

Même si cela semble une manière inappropriée du point de vue d’un adulte, réfléchissez un moment et demandez-vous si vous lui auriez accordé cette attention s’il avait été sage comme image ?
N’auriez-vous pas d’abord commencé par la liste de choses à faire qui vous attend ?

 

Loin de moi l’idée de vous culpabiliser, je vous parle de mon vécu 😉

 

Un soir de janvier, alors que la soirée débutait mal, j’ai repensé à la phrase que mon frère m’avait écrite une semaine auparavant : C’est quand il semble le mériter le moins qu’un enfant a le plus besoin d’amour et d’attention (extraite d’un livre d’Aletha Solter).

 

Je respire alors plusieurs fois pour retrouver mon calme et faire disparaître cette colère montée en moi en réaction au comportement de mon fils.
Je m’approche de lui, il est en train de se rouler sur le canapé et de faire tomber tous les coussins (il sait que cela m’énerve).
Je respire encore, il me regarde prêt à crier.
Là, je lui dis : « ça n’a pas l’air d’aller ce soir, tu veux qu’on fasse un câlin ? »

 

Il a un temps d’arrêt, me regarde stupéfait, attrape son doudou et vient me faire un gros câlin.
Il se serre contre moi et réclame que nous restions ainsi un long moment.
Il se calme et se détend, le besoin d’opposition est parti.
Il est attentif et fait ensuite avec plaisir ce que je lui demande.

 

La métamorphose est impressionnante…

 

Je comprends qu’en faisant son grabuge, il essayait de me dire quelque chose pour que je fasse attention à lui…

 

Depuis cette soirée-là, je travaille à modifier mon comportement et me répète cette phrase pour ne pas oublier l’évidence : C’est quand il semble le mériter le moins qu’un enfant a le plus besoin d’amour et d’attention.

 

Rester calme et aller vers son enfant pour lui apporter l’amour et l’attention dont il a besoin n’est pas forcément inné, nous sommes conditionnés par ce que nous avons vécu enfant.
Mon premier réflexe était de me fâcher pour obtenir du calme.

 

La bonne nouvelle c’est que nous pouvons modifier nos façons de réagir dès que nous en prenons conscience 🙂

 

Je réussis à rester calme de plus en plus souvent et spontanément, ce qui me permet d’avoir une attitude adaptée au besoin de mon enfant.

 

Je vous invite à réfléchir à cette phrase et à vous la répéter régulièrement, votre relation avec votre enfant sera métamorphosée !!

 

Cet article vous a plu ?
Laissez un commentaire ou partagez-le 😉

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *